Les cigarettes électroniques ont-elles une obsolescence programmée ?

L’utilisation des cigarettes électroniques nécessite l’acquisition périodique de certains matériels et produits. Il s’agit généralement d’e-liquide, de batterie ou d’accu, etc. Certains de ces matériels tiennent toute une vie, d’autres s’usent un peu plus vite. Ce changement fréquent de matériel soulève alors une inquiétude dans le rang des consommateurs d’e-cigarette. La vapoteuse aurait-elle une obsolescence programmée ?

Une obsolescence technologique

En réalité, ce qui est pris pour obsolescence programmée n’est que la durée de vie normale des produits concernés. Dans le cas des batteries, il faut noter que celles-ci sont fabriquées en lithium, et leur durée de vie répond aux lois de la chimie. Plus elle est utilisée, plus elle est susceptible de s’user. Le nombre de cycles de charge, la puissance qu’elle délivre, les conditions dans lesquelles elle est stockée, la température d’utilisation, tout ceci détermine la durée de vie d’une batterie. Pour une année d’utilisation avec une recharge effectuée chaque jour, cela fait 365 cycles de recharge. Ce qui est tout de même considérable. Par ailleurs, la limite de cycle de charge est généralement indiquée sur le produit par le fabricant.

Une obsolescence technico-commerciale

Les lois du progrès et de la concurrence obligent les fabricants de cigarettes électroniques à toujours proposer des versions améliorées de leurs produits de vape. De facto, les produits évoluent, car les fabricants innovent. Le matériel gagne en efficacité et en puissance, ou c’est simplement son apparence qui est rendue tendance. Ainsi, toutes les générations de produits qui ont précédé deviennent obsolètes. L’exemple parfait pour illustrer cette obsolescence technico-commerciale est le cas des mèches. Leur disparition à petit feu est largement remarquée sur le marché. Elles sont actuellement très peu produites. Elles ont été remplacées par les résistances.

Une obsolescence législative

Auparavant, les produits de vape n’étaient pas essentiellement règlementés. Aujourd’hui, avec les normes existantes, certains produits sont soit interdits à la vente soit très limités. Ce qui ne manque pas de créer leur obsolescence.

Une obsolescence non programmée

Au regard de tout ce qui précède, il est évident qu’il ne s’agit donc pas d’une obsolescence programmée dans le monde de la cigarette électronique. La dégradation remarquée au niveau des produits n’est, en réalité, qu’une dégradation normale. Les produits existants sur le marché ont une durée de vie limitée. Ce qui est normal, puisque c’est ainsi que fonctionnent les lois de la chimie.

Quelques alternatives pour réduire les défaillances des batteries

Il est à noter que certaines batteries ont une durée de vie beaucoup plus basse que la plupart des batteries proposées sur le marché. Quand le consommateur tombe sur un produit de ce genre, il est possible que son expérience de vapotage soit plus ou moins entachée par cette durée de vie réduite. Pour pallier ce fait, il existe, sur le marché, des batteries avec des accus changeables. Il y a également le mod méca avec protection qui permet d’obtenir une plus grande autonomie.

Quand les accus montreront des signes de faiblesse après une usure normale, il suffira de les changer. Les accus existent évidemment en différentes catégories. À vous de choisir celle qu’il vous faut.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *